Mentions légales - Plan du site - Aide & accessibilité - Nous écrire-Nous trouver

Les amis de la cathédrale Saint Pierre de Lisieux

Quatre arcs imitent le carré du transept et le mettent en communication avec les croisillons, la nef et le chœur. Aux quatre angles de la croisée s’élèvent d’énormes piliers.

Comme beaucoup d’édifices normands,depuis l’époque romane, la tour lanterne illumine la croisée du transept.

Du XIIIe siècle, cette dernière, actuellement masquée par un filet de protection pour raison de sécurité, est supportée par quatre piliers impressionnants.


Cette tour s’élève sur deux niveaux avec des passages superposés :

- le premier niveau comporte des arcatures dont les écoinçons sont percés de trilobes. Derrière ces arcatures passe une galerie sur laquelle s’ouvraient des baies qui ont été bouchées lors des travaux de restauration et de consolidation.      

- le second niveau assure la lumière dirigée vers le bas. Une galerie de circulation placée devant les deux fenêtres percées sur chaque face.


Le transept

Le bras nord est éclairé par une claire-voie supérieure de trois fenêtres en arc brisé; celle du milieu est plus élancée que les autres. Au second niveau se trouve le triforium avec deux fenêtres largement ébrasées. Leurs archivoltes retombent de chaque côté sur trois colonnettes supportées par des chapiteaux ornés de jolis feuillages.     


Nous vous invitons à vous rendre sur la page dédiée.

La croisée

Bras Nord

Bras Sud

 Un seul enfeu, celui de l’évêque JEAN DE SAMOIS (mort en 1302) qui abrite le gisant décapité de l’évêque Pierre CAUCHON.

Mur nord du bras nord du transept