Mentions légales - Plan du site - Aide & accessibilité - Nous écrire-Nous trouver

Les amis de la cathédrale Saint Pierre de Lisieux

Classées parmi les plus anciennes de Normandie – supposées faites entre les années 1380 et 1390,  60 stalles avaient été installées dans le chœur. Il n’en reste plus que 48.


Ces dernières sont classées comme monuments historiques.Leur composition, simple et sobre, reflète bien l’observation de la nature. L’ancienneté même de de ces boiseries, avec leur teinte ébène  surprennent tous les amateurs avertis.


Lors des guerres de religion, les stalles ont été mutilées par les protestants ; en 1562 elles furent réparées par deux huchiers lexoviens qui travaillèrent six mois à restaurer les miséricordes et les couronnements mutilés par les protestants.


Au XIVe siècle, le chœur de la cathédrale était clos par un riche jubé, sorte de tribune transversale qui était située à l’entrée du chœur.


En 1689, suite à la démolition du jubé gothique, sous l’épiscopat de l’évêque Léonor II de Matignon, les stalles furent rapprochées du sanctuaire. Ce jubé existait depuis plus de 400 ans.


Seuls restent du dernier jubé deux panneaux; ils décorent aujourd’hui les murs de la chapelle Notre Dame. L’un représente le crucifiement de Jésus et l’autre sa glorieuse résurrection.


Au cours du XVIII ème siècle, les stalles furent « clôturées » par des panneaux en chêne sculptés, qui contrastaient avec le style de la cathédrale. En 1883, ils furent cédés par la ville à Madame Herbert qui s’en servit pour son château de Combray.


Les stalles

Cathedrale Saint Pierre vue générale du choeur et des stalles

Dès 1884, des restaurations furent entreprises  et les stalles de Saint Pierre retrouvèrent leur aspect d’origine. C’est sous l’impulsion de Monsieur Sainte-Anne Louzier, successeur de Monsieur Naples architecte des monuments historiques que furent engagées les dépenses pour l’achat de deux stalles supplémentaires  avec des dais et des cathèdres.

Disposées à l’entrée du chœur en 1888, elles furent réalisées par Monsieur Hauffaire de Reims.

Cathédrale Saint Pierre - Stalle avec dai Cathédrale Saint Pierre - Stalle avec dai Cathédrale Saint Pierre - Stalle avec dai - détail

Les parcloses, panneaux de bois qui séparent les stalles, offrent au regard de belles découpes et des « fenestrages » remarquables. Ces derniers comportent chacun une arcature en tiers-points recoupée par deux trilobes. Dans un décor gothique rayonnant, ces panneaux sont décorés  par des personnages qui vont par deux : un évêque et un moine, deux apôtres, etc…,  mais tous les personnages ne sont pas identifiables.

 De forme octogonale, les colonnettes présentent des feuilles d’érable. Une frise de feuilles de vigne vient sur le couronnement à double volute de chaque parclose.

Choeur :plan de repérage permettant de positionner les différentes stalles et les parcloses, consoles des miséricordes associées.  

Les photos affichées dans les galeries ci-après sont numérotées en fonction de ce plan.

Les consoles des miséricordes représentent des animaux ayant parfois des visages humains avec des expressions différentes.

Une étude minutieuse et approfondie précise qu’il a trouvé quarante-quatre têtes de chiens de toutes tailles et de toutes races, deux têtes de béliers, cinq grotesques, un mouton, et un portrait d’homme.

Cathédrale Saint Pierre - stalle console des miséricordes fernée Cathédrale Saint Pierre - stalle console des miséricordes ouverte
Cathedrale Saint Pierre vue côté gauche du choeur et des stalles Cathedrale Saint Pierre vue côté droit du choeur et des stalles